Usine du Grand Sault de Rivière-la-Madeleine

Visité: 325 fois
Commander
[Entre 1915 et 1929]. - Négatif représentant une vue d'en haut de la rivière, du barrage et du moulin de l'usine du Grand Sault de Rivière-la-Madeleine.

Au début du XXe siècle, Charles W. Mullen, ingénieur de Bangor dans le Maine, achète les limites nord-est de la concession d'Édouard Vachon en vue de construire une usine sur la rivière Madeleine. Le site s'avérait intéressant en raison de sa chute naturelle de vingt mètres de haut ayant un potentiel énergétique de 15 000 à 20 000 c.v. et de son boisé de 812 kilomètres carrés.

Charles W. Mullen entreprend dès 1915, des études pour l'exploitation du Grand Sault à Rivière Madeleine, qu'il confie à l'ingénieur W.G. Hill. En 1916, on reconnaît la faisabilité du projet et l'entreprise Great Eastern Paper Company Ltd entreprend d'ériger l'usine près de la chute. Le 5 janvier 1921, le premier papier est manufacturé et par la suite la production atteindra la centaine de ballots de papier par jour.

Toutefois l'usine connait des hauts et des bas tout au long de ses années d'existence. À l'automne 1921, la chute du prix de la pulpe de 45 $ à 20 $ amène la dégradation de la situation financière et en décembre Charles W. Mullen remet sa démission comme président et administrateur en chef. La compagnie continue d'opérer avec J. M. Mackie de Montréal et J. H. Davidson s'occupe de la surveillance. Par la suite on réorganise la production et réduit les coûts. La compagnie jouit ainsi d'une stabilité relative et s'ébauche même une reprise mais l'incendie de novembre 1922 cause des dommages majeurs aux équipements et aux bâtiments. Au début de 1923, la Great Eastern Paper company Ltd est mise en liquidation sous la tutelle du Royal Trust Company qui écoule les marchandises, les suppléments de bois et les provisions à des prix insignifiants sur le marché local.

Au début de 1924, Charles W. Mullen reprend la direction des finances grâce à l'apport d'importants capitaux, organise une seconde compagnie sous le nom de Cape Magdalein Pulp and Paper Company Ltd, fait rebâtir les bâtiments incendiés et fait reconditionner la machinerie. Le déraillement de la locomotive en octobre 1925, le retard de la paie des hommes font que Mullen cesse temporairement ses opérations en vue de réajuster les finances. En 1926, il transfère ses obligations à la St. Ann Pulp and Paper Ltd et tente d'inhiber les dépenses. Il échoue et à l'automne 1926, la Cape Magdalein Pulp and Paper Company Ltd doit fermer. La Brown Corporation rachète les installations à vil prix, électrifie le village et planifie la fondation d'une ville moderne. Les études de projet durent jusqu'en 1929, moment où la crise met fin à tout espoir de remise en opération. Grand Sault était devenu un beau rêve de prospérité avorté.

Pour en savoir plus:

Irénée Richard, "Un rêve avorté (L'entreprise de la Madeleine)", Revue d'histoire de la Gaspésie, 1964, no. 6, p. 73.

Référence :

Musée de la Gaspésie. P33 Fonds de l'usine du Grand Sault à Rivière Madeleine . P33/1/54.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *