Charles-Eugène Roy

Visité: 286 fois
Commander
[193-?]. - Photographie représentant monseigneur Charles-Eugène Roy. Charles-Eugène Roy est né à Ste-Anne-des-Monts le 28 mars 1899, fils de Norbert Roy et d'Ernestine Bélanger. Il fit ses études théologiques à Rimouski, au Grand Séminaire des Sulpiciens de Montréal puis au Grand Séminaire de Québec. Il est ordonné prêtre en 1924 par Mgr Ross et étudie par la suite à Rome en vue d'un doctorat. En 1927, il revient à Gaspé où il devient aumônier à l'Hôtel-Dieu et, en 1928, il est nommé curé de la paroisse St-Albert de Gaspé. En 1934, il est chargé par Mgr Ross de préparer les fêtes du quatrième centenaire de l'arrivée de Jacques Cartier à Gaspé. Par le suite il obtient un doctorat en philosophie et une licence en droit canonique. De 1937 à 1981, il est curé à Percé, supérieur du Séminaire de Gaspé, curé de Carleton puis de Pointe-à-la-Garde. Il fut aussi recteur de l'oratoire du mont St-Joseph à Carleton. Charles-Eugène Roy est l'auteur de plusieurs ouvrages à caractère religieux et historiques. On lui doit notamment des monographies sur l'histoire de Percé et Gaspé. En 1981, il prend logement à la résidence St-Joseph à Maria où il décède en 1990. Référence obligatoire: Musée de la Gaspésie. Collection Centre d'archives de la Gaspésie. P57/3a/94/1. Fonds d'archives: P100 Fonds Charles-Eugène Roy Références bibliographiques: Charles-Eugène Roy, "Le petit catéchisme", 1934. 182 p. Charles-Eugène Roy et Lucien Brault, "Gaspé depuis Cartier". Québec, Au moulin des lettres, 1934. Charles-Eugène Roy, "Percé, sa nature, son histoire", Percé, 1947, 178 p.

Référence :

Musée de la Gaspésie. . Z-239.

Un commentaire

Joscelin Turcotte

Je l’ai connu quand il était cure a Carleton. J’avais 12 ans. Il conduisait une grosse voiture décapotable noire de marque Chrysler je crois. Il était très flamboyant et on voyait qu’il était très éduque. Il était toujours habille d’un soutane noire boutonne jusqu’au cou. Une fois par année, il passait par toutes les maisons du village pour récolter des aumônes. Ma mère nous faisait mettre a genoux pour sa visite! C’était un véritable « homme d’église » capable de diriger sa paroisse juste en relevant le menton!

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *