Bona Arsenault

Visité: 392 fois
Commander
Bona Arsenault est né à Thivierge (Bonaventure), le 4 octobre 1903, de Joseph Georges Arsenault et de Marcelline Gauthier, tous deux d'origine acadienne. Il étudie d'abord à l'Académie de Bonaventure et à l'École des sciences sociales, politiques et économiques de l'Université Laval. Il suit également des cours en administration et en psychologie à l'Université du Connecticut. Le 6 mai 1926, il épouse Blandine Bernard avec qui il aura huit enfants. En seconde noces, en 1973, il épouse Lisette Fortier, fille d'Arthur Fortier, notaire, et d'Aline Moffat. À Québec, il oeuvre d'abord dans le domaine de la presse où il occupe divers postes d'administrateurs: "Le Journal" (1932-1939) et "L'Événement-Journal" (1939-1941). De 1941 à 1953, il travaille dans le secteur de l'assurance, notamment à la Compagnie d'assurance du Canada et chez Pratte & Côté. Au plan politique, Bona Arsenault se présente d'abord en tant que candidat conservateur aux élections provinciales de 1931 et 1935. Il est également défait aux élections fédérales de 1940. Il est élu pour la première fois en tant que candidat indépendant à la Chambre des communes dans Bonaventure en 1945. Élu sous la bannière libérale en 1949, il sera cependant battu à l'élection fédérale de 1957. En 1960, il fait le saut en politique provinciale et devient député libéral du comté de Matapédia. En pleine Révolution tranquille, il fait partie de "l'équipe du tonnerre" de Jean Lesage et occupe les postes de ministre des Terres et Forêts (1960-1962), ministre des Pêcheries et de la Chasse (1962-1963) et de secrétaire de la province (1963-1966). Bona Arsenault est réélu en 1970 et 1973, mais défait en 1976, avec l'élection du Parti Québécois. Parallèlement à sa carrière politique, Bona Arsenault poursuit une carrière d'auteur où il publie plusieurs ouvrages et articles sur l'histoire des Acadiens: "L'Acadie des ancêtres" (1955), "Histoire des Acadiens" (1966), "Louisbourg 1713-1758" (1971), etc. On lui doit également la série télévisée "Acadiana" à CHAU-TV ainsi que la publication des registres de nombreuses paroisses de la Baie-des-Chaleurs. Au cours de sa carrière, Bona Arsenault s'est mérité de nombreux prix: membre honoraire de la Maison acadienne-française de la Louisiane (1955), doctorats honorifiques des universités de Bathurst et Moncton, médaille de l'Ordre du Canada (1981), Ordre du mérite forestier (1985), officier de l'Ordre de la Pléiade (1982). Au plan régional, son travail sur l'histoire et la généalogie des Acadiens lui a également valu le Prix du Mérite culturel gaspésien (1984). Bona Arsenault est décédé le 4 juillet 1993 à Québec à l'âge de 89 ans. À ses funérailles, à l'église de Bonaventure, plusieurs personnalités politiques gaspésiennes étaient présentes pour lui rendre hommage: Gérard D. Lévesque, Albert Béchard et Alexandre Cyr. On y trouvait également son petit-fils, le gardien de but Patrick Roy. Référence obligatoire: Musée de la Gaspésie. Collection du Centre d'archives de la Gaspésie. P57/3a/93/2. Fonds d'archives: P99 Fonds télévision de la Baie des Chaleurs P114 Fonds Bona Arsenault Pour en savoir plus: Claude Allard, "Au revoir Bona!", Magazine Gaspésie, no. 123, 1993, p. 4-5. Jean-Marie Fallu, "Bona, une légende politique", Magazine Gaspésie, no. 166, 2009, p. 40-41.

Référence :

Musée de la Gaspésie. . Z-157.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont indiqués avec un *